Les questions que vous nous posez

Il arrive souvent que les gens s'interrogent sur le bien fondé de nos actions, se questionnent sur la pertinence de nos choix stratégiques ou tout simplement de notre vocation. Nous avons essayé de répondre aux principales et vous invitons à régir sur twitter ou sur notre page Facebook si vous le souhaitez!

01

02

03

04

05

Pourquoi la moto dans la lutte contre le Sida?

La moto est devenue LE lien social de l'Afrique aujourd'hui. Un moyen de transport très répandu qui relie le village à la ville et rend de très nombreux services aux populations. 

Les mototaximen sont souvent des jeunes garçons formés sur le tas, sans permis, qui disposent néanmoins très vite d'un petit salaire régulier grâce à leurs courses. Ils sont très courtisés par les jeunes filles et femmes qui parfois même vont jusqu'à monayer leurs charmes pour une course gratuite. Ce sont donc des jeunes hommes particulièrement exposés au VIH/SIDA qu'il est important de sensibiliser.

Dans leur activité quotidienne les moto taximen sont également de formidables vecteurs de communication, ils peuventt parler à plus de 60 personnes par jour de l'étudiant à la grand mère. Sensibilisés et convaincus, ils  deviennent donc des agents de communication essentiels pour transmettre la bonne information.

En groupe les moto taximen ont une grande capacité de mobilisation. Leurs motos sont fédératrices et leurs parades collective impressionnantes. De quoi réaliser d'excellentes mobilisations dans les quartiers pour annoncer les campagnes.

 

La prévention ça sert à quelque chose?

Définitivement OUI! Dans les zones où l'épidémie est généralisée (4,7% de taux de séroprévalence au Cameroun dont près de 10% chez les femmes) et où le système de santé ne permet pas la prise en charge et l'accès aux soins pour tous, il est VITAL et ESSENTIEL d'éviter d'attraper le virus. même si les traitements sont gratuits, la prise régulière des ARV est très difficile et les ruptures d'observance sont trop fréquentes, qu'elles soient du aux ruptures de stock de médicaments, au découragement, ou au manque de moyen pour venir tout simplement s'approvisionner au Centre de Santé.

La prévention de proximité permet aussi aux populations d'aborder d'autres problématiques tout aussi importantes pour eux et pour lesquelles ils n'ont pas toujours de réponses satisfaisantes : les pratiques  sexuelles, l'hygiène intime, les relations amoureuses, le sexe commercial, etc...

 

Pourquoi intervenir en Afrique?

C'est un choix de coeur et de raison à la fois. De coeur car le co fondateur de l'association est camerounais et que les deux fondateurs se passionnent pour l'Afrique et sont très sensibles à son énergie (plus de la moitié de la population a moins de 21 ans au Cameroun!), son enthousiasme et son positivisme communicatif. De raison parce que l'épidémie fait là bas bien plus de ravages que partout ailleurs et que les défaillances des systèmes de santé et la pauvreté rendent très difficile la maitrise de l'épidémie. Commerce sexuel de survie, absence d'hygiène, manque d'argent, centre de santé défaillants, médicaments en rupture, autant de difficultés qui viennent s'ajouter à la maladie elle même.

Aidez vous les associations africaines?

C'est le fondement même de notre organisation : Renforcer les structures et les compétences  locales, fédérer les énergies, permettre échange, rencontre et partage d'expériences. Nous avons choisi de ne pas nous situer comme des "bailleurs de fonds " vis-à-vis d'elles, d'autres associations s'en chargent très bien, mais plutôt comme des partenaires de terrain, présent avec elles dans l'action, attentifs à leurs besoins, cherchant toujours la pertinence dans la solution à leur apporter pour améliorer leurs activités.

De quoi vivez vous?

Notre organisation fonctionne grâce à des subventions publiques et privées qui permettent la réalisation des programmes. Une subvention particulière, celle de la Mutuelle Des Motards nous permet d'assurer l'essentiel de notre fonctionnement. Pour garder la maitrise de notre développement, assurer l'autonomisation de l'association camerounaise et nous permettre de durer, nous développons au Cameroun des activités génératrices de revenus et de fonds propres.